L'essor de la Nouvelle-Calédonie - L'essor de la Nouvelle-Calédonie - Plans de leçon - Les Bateaux à Aubes
L'essor de la Nouvelle-CalédonieAccueilEnglish
Liens de navigationLiens de navigation
« A History of Prince George », par le révérend Runnalls
Journal et correspondance de L.C. Gunn
Cartes de Prince George
Documents de la Northwood
Cartes de Northwood
Bulletins de Direction des forêts (de 1950 à 1958)
Collection forestière de Blake Dickens
Image d'entretoise
Recherche
Aperçu
Avis Importants
Carte du site
Chronique
Plans de leçon
Glossaire
Image d'entretoise
Explorez
CB_BG

Plans de leçon
Les Bateaux à Aubes



Les Bateaux à Aubes

Groupe cible

  • 5e année

Thème principal

Les bateaux à aubes ont joué un rôle important dans l'établissement et le développement des villes du centre-nord de la Colombie-Britannique.

Matières visées

  • Français langue première
  • Français langue seconde - Immersion
  • Arts visuels
  • Sciences humaines

Objectifs

Les élèves seront en mesure de décrire :

  • les itinéraires empruntés par les bateaux à aubes dans le nord de la Colombie-Britannique;
  • l'importance des bateaux à aubes dans le nord de la Colombie-Britannique; et
  • les étapes de base de la construction d'un bateau à aubes.

Notes à l'intention du personnel enseignant

Les enseignants et enseignantes peuvent consulter le document intitulé Information générale pour le personnel enseignant, lequel contient des renseignements supplémentaires.

Les enseignants et enseignantes peuvent consulter le document intitulé Information générale pour le personnel enseignant, lequel contient des renseignements supplémentaires.

  • Document Information générale pour le personnel enseignant
  • 7 petits prix (crayons, gommes à effacer, etc.)
  • Document Le bateau à aubes BX - Exercice
  • Document Le bateau à aubes BX - Corrigé
  • Document Construction d'un bateau à aubes - Exercice
  • Document Construction d'un bateau à aubes - Corrigé
  • Document Dangers et utilisations des bateaux à aubes
  • Document Les bateaux à aubes en Colombie-Britannique
  • Document Le cycle des saisons d'un bateau à aubes
  • Document Itinéraires des bateaux à aubes en Nouvelle-Calédonie
  • Document Mon voyage en bateau à aubes
  • Document Chargement de bois coupé
  • Crayons

Vocabulaire

Bateau à aubes :
bateau à vapeur propulsé par une roue à aubes unique située à la poupe
Poupe :
partie arrière d'un bateau
Proue :
partie avant d'un bateau
Chaudière à vapeur :
chaudière produisant la vapeur utilisée pour faire bouger la roue à aubes
Banc de sable :
haut-fond de sable formé par le courant, particulièrement dans une rivière ou des eaux côtières
Bateau à roue arrière :
autre nom pour désigner un bateau dont la roue à aubes est située à la poupe
Bateau à vapeur :
autre nom désignant le bateau à aubes
Tirant d'eau :
profondeur à laquelle le fond d'un bateau à aube s'enfonce dans l'eau (sous la ligne de flottaison), particulièrement lorsqu'il est chargé

Déroulement

  1. Avec le groupe-classe, faites un remue-méninges sur les méthodes de navigation sur les rivières. Présentez l'expression « bateau à aubes » et sa définition : bateau à vapeur propulsé par une roue à aubes unique située à la poupe.
  2. Distribuez l'exercice intitulé Le bateau à aubes BX à chaque élève.
  3. Lisez à voix haute la section intitulée « Les premiers bateaux à aubes » du document Information générale pour le personnel enseignant, tout en demandant aux élèves de remplir les espaces vides de l'exercice en même temps.
  4. Pour aider les élèves à évaluer leurs réponses, servez-vous du corrigé Le bateau à aubes BX.
  5. Divisez la classe en groupes de trois ou quatre élèves et distribuez l'exercice intitulé Construction d'un bateau à aubes à chaque groupe.
  6. Demandez aux élèves de désigner les diverses parties du bateau selon la définition des mots qui leur est fournie sur la feuille d'exercice.
    • Quand l'exercice est terminé, faites un jeu-questionnaire sur les termes désignant les parties d'un bateau à aube en vous servant du corrigé Construction d'un bateau à aubes. Le premier élève qui lève la main pour répondre lorsque vous dites un terme doit donner la définition de ce mot. Si l'élève a la bonne réponse, remettez-lui un prix. Si sa réponse est inexacte, choisissez un autre élève. Poursuivez ce jeu-questionnaire jusqu'à épuisement de la liste de termes. Le document Information générale pour le personnel enseignant comprend des photos supplémentaires sur la construction des bateaux à aubes que les élèves peuvent consulter.
  7. Distribuez une photocopie du document intitulé Dangers et utilisations des bateaux à aubes à chaque élève. Avec le groupe-classe, faites un remue-méninges pour trouver d'autres dangers ou utilisations. Le document Information générale pour le personnel enseignant comprend des photos supplémentaires montrant des eaux agitées que les élèves peuvent consulter.
  8. Demandez aux élèves s'ils ont déjà pris un traversier. Expliquez qu'un bateau à aubes joue un rôle semblable, car il transporte des passagers, des voitures et divers articles d'une ville à l'autre. Mentionnez aux élèves que les passagers devaient travailler pendant leur voyage en bateau à aubes. Parmi les tâches à faire, les passagers pouvaient couper du bois pour alimenter la chaudière, empiler du bois sur la roue à aubes quand elle était bloquée le long de la berge, combattre les incendies qui pouvaient se déclarer à bord et donner des articles, des couvertures ou des vêtements supplémentaires par exemple, pour boucher les trous quand le bateau heurtait des rochers. Le document Information générale pour le personnel enseignant comprend une photo intitulée Chargement de bois coupé que les élèves peuvent consulter.
  9. Distribuez le document Les bateaux à aubes en Colombie-Britannique à chaque élève. Demandez à un élève de lire à voix haute devant toute la classe l'un des points énoncés dans ce document, afin d'en discuter l'importance. Pour vous aider à stimuler la discussion, utilisez le document Information générale pour le personnel enseignant.
  10. Pour donner une idée aux élèves des sentiments que ressentaient les passagers des bateaux à aubes du début des années 1900, lisez-leur à voix haute la section « Témoignages vécus » du document Information générale pour le personnel enseignant. Ce dernier contient des photos que les élèves peuvent consulter pendant que vous lisez les témoignages.
  11. Demandez aux élèves de réfléchir au fleuve Fraser. à leur avis, de quoi le fleuve a-t-il l'air, quels sont les termes qui le décrivent? D'après eux, le fleuve représente-t-il un moyen de transport? Expliquez à la classe que les bateaux à aubes naviguaient sur le fleuve Fraser et de nombreux cours d'eau de la Colombie-Britannique. Insérez la carte Itinéraires des bateaux à aubes en Nouvelle-Calédonie dans un rétroprojecteur ou faites-en des photocopies à distribuer à tous les élèves. Demandez aux élèves d'étudier la carte pendant quelques minutes. Demandez-leur ce qu'ils voient sur la carte, s'ils reconnaissent des emplacements? Pour leur donner un point de départ, montrez l'emplacement de Prince George. Après une brève discussion, attirez l'attention sur les itinéraires, indiqués sur la carte au moyen des symboles - - -.
    1. Montrez les villes desservies par les bateaux à aubes :
      1. Soda Creek
      2. Quesnel
      3. Prince George
      4. Vanherhoof
      5. Fort St. James
  12. Distribuez le document Le cycle des saisons d'un bateau à aubes à chaque élève. Lancez une discussion sur les quatre saisons et les changements du fleuve à chaque saison.
    1. Au printemps : Le niveau d'eau est bas, parce que la glace commence à fondre lentement.
    2. Durant l'été : Le niveau d'eau est à son plus haut point; la vitesse de l'eau la plus rapide de l'année. Cela voulait dire que le fleuve pouvait être dangereux pour les bateaux à aubes, qui pouvaient être poussés sur des rochers ou bloqués dans les bancs de sable toujours changeants.
    3. Durant l'automne : Comme le niveau d'eau est bas, les bateaux à aubes se mettaient à quai sur la berge pour faire descendre les passagers, afin que la charge du bateau soit moins lourde. Le tirant d'eau étant moins profond, le bateau pouvait donc naviguer dans les rapides plus facilement. Les passagers marchaient le long de la berge jusqu'aux eaux calmes et rembarquaient ensuite sur le bateau.
    4. Durant l'hiver : Comme le fleuve est gelé, les bateaux à aubes ne pouvait naviguer. Il fallait les haler sur le rivage, pour qu'ils ne soient pris dans la glace et écrasés.
  13. Expliquez à la classe qu'on considère les bateaux à aubes comme étant « saisonniers », parce qu'ils ne pouvaient naviguer toute l'année.
  14. Pour conclure la leçon, distribuez une copie du document Mon voyage en bateau à aubes à chaque élève. Faites-leur composer un court récit de leur expérience sur un bateau à aubes durant les années 1900. Demandez-leur de décrire les points suivants : comment était le fleuve, quelle était l'apparence du bateau et pourquoi ils devaient se déplacer en bateaux à aubes.

Bibliographie

Christensen, Bev. Prince George: Rivers, Railways, and Timber. Canada: Windsor Publications, Ltd., 1989.

Dows, Art. Paddlewheels on the Frontier. Surrey: Foremost Publishing, 1971.

The Exploration Place. www.theexplorationplace.com

Information générale pour le personnel enseignant

Les premiers bateaux à aubes

De 1863 à 1921, une flotte de 12 bateaux à aubes a parcouru le haut Fraser entre Soda Creek et Tête Jaune Cache, une petite ville d'où s'écoule le fleuve dans les montagnes Rocheuses. Pour naviguer, le BX l'emportait sur tous les bateaux à aubes. Certaines personnes superstitieuses pensaient qu'il ne pouvait connaître un si bon sort, parce qu'il avait été mis à l'eau un vendredi 13 en mai 1910. Mais ils avaient tort, car le BX devint le meilleur de toute la flotte pour se déplacer. Cela s'expliquait par sa structure, conçue pour naviguer dans les rapides plus facilement que les autres bateaux à aubes. C'était aussi l'un des plus luxueux pour y manger et y dormir. Ce luxe a d'ailleurs au BX valu le surnom de « Reine du Nord ». Il pouvait transporter un total de 119 passagers et jusqu'à 100 tonnes de cargaison. Avant de heurter un gros rocher dans le canyon de Fort George en 1919 et de couler avec 2500 sacs de ciment à bord, le BX avait parcouru le fleuve Fraser dans les deux sens avec d'innombrables passagers et cargaisons.

Utilisations des bateaux à aubes

Avant la construction du chemin de fer, les bateaux à aubes représentaient le mode de transport le plus rapide et le plus confortable. On les considérait comme étant le meilleur moyen de voyager parce qu'il n'existait que quelques chemins de terre pour les wagons à cheval et qu'on pouvait se déplacer sur l'eau en canot et en chaland. Il fallait beaucoup de temps pour se rendre d'un point à l'autre sur les chemins de terre, car ils étaient souvent boueux, ce qui était difficile pour les chevaux. Les canots et les chalands de rivière étaient dangereux, les rapides causaient souvent des décès. Pour bien des gens vivant dans des régions isolées, les bateaux à aubes ont ouvert le Nord, car ils leur permettaient d'être en contact avec le reste de la province. Les bateaux à aubes étaient aussi un bon moyen de transporter le courrier, les paquets et diverses marchandises. Ils livraient souvent de la machinerie destinée aux scieries dans diverses villes. Les bateaux à aubes ont été graduellement remplacés par les trains parce que ces derniers étaient moins coûteux, plus rapides et qu'ils faisaient courir moins de dangers.

Construction d'un bateau à aubes

La superstructure du bateau était supportée par des poutres très solides. Pour tout le reste de la charpente, on utilisait des planches de bois léger, pour permettre au bateau de flotter dans l'eau peu profonde. Les planches et les poutres étaient reliés par des câbles ou des ferrements. La chaudière à vapeur se trouvait sur le pont principal, près de la proue, à l'avant. La chaudière faisait fonctionner les moteurs grâce à la vapeur qu'elle produisait et était chauffée par des hommes qui l'alimentaient en bois. La cargaison était transportée sur le pont principal près de la chaudière, afin de donner plus de poids à l'avant du bateau dans les eaux agitées. Le pont des passagers se trouvait au-dessus du pont principal. Un bateau à aubes comportait habituellement deux salons, situé chacun à l'une des extrémités. Les cabines de nuit bordaient le pont des passagers et offraient tout le nécessaire, c'est-à-dire deux lits superposés et une cuvette pour se laver. Durant les années 1900, les bateaux plus importants offraient le luxe de l'éclairage à l'électricité dans les cabines. Les cabines des officiers se trouvaient au-dessus du pont des passagers. Le poste de barre se trouvait au-dessus des cabines des officiers. Le poste de barre était situé très haut à l'avant du bateau, pour que le capitaine puisse bien voir les obstacles présents dans l'eau.

Dangers encourus par les bateaux à aubes

Le fleuve était imprévisible à la plupart des endroits, parce qu'il changeait constamment et que les capitaines ne savaient pas où les dangers, par exemple des obstacles, des bancs de sable, des rapides et des rochers, pouvaient se présenter. Tout cela pouvait endommager le fond des bateaux, y percer des trous et le faire couler. Le feu représentait un autre danger, parce que les équipages n'étaient pas équipés de compteurs à vapeur qui leur auraient permis de mesure la pression. La pression pouvait monter assez haut pour faire exploser certains bateaux à aubes.

Points forts des bateaux à aubes

Le fond plat de ces bateaux leur permettait de flotter à la surface de l'eau à la manière d'un canard. Cela leur permettait de naviguer par-dessus les bancs de sable sans cesse changeants du fleuve. Leur construction en bois en faisait des bateaux qui flottaient et étaient faciles à réparer. La roue à aubes située à l'arrière n'avait besoin que de quelques pouces d'eau pour tourner et faire avancer un bateau. Leur grand succès s'explique principalement par le fait qu'ils pouvaient transporter beaucoup de gens et de grosses cargaisons plus facilement et plus rapidement que les chevaux de charge.

Témoignages vécus

Wiggs O'Neill écrivait :

« C'était pour cela, aussi, qu'un bateau à aubes luttant contre le courant pouvait être entendu à des milles à la ronde, parce que la vapeur s'échappait dans la cheminée en rugissant. Le son était semblable à celui d'une locomotive à vapeur quand elle quitte sa gare, sauf que la vapeur d'une locomotive s'échappait d'une valve tout d'un coup, en produisant le pouf-pouf-pouf qui les caractérise. La vapeur d'un bateau à aubes sortait plus graduellement d'une valve à vanne avec un long grincement, un peu comme pfou-pfou-pfou.

En général, un bateau à aubes était un engin passablement bruyant. En plus de la vapeur rugissant au sortir de la cheminée, on entendait un flap-flap-flap continuel, chaque fois qu'une des aubes de la roue passait dans l'eau. Ces vaisseaux actionnaient un sifflet dont le ton grave rappelait un aboiement, ce qui ajoutait souvent au vacarme. Pour finir, si tout n'allait pas bien, le second ou le capitaine lançait une sélection de commentaires colorés, ajoutant ainsi une note personnelle au boucan.

Pour moi, un bateau à aubes luttant contre des rapides, avec sa cascade d'éclaboussures jaillissant de la poupe et de la roue, crachant de la vapeur et de la fumée vers le ciel en grosses volutes noires et blanches était une image si parfaite qu'on ne l'oubliait jamais après l'avoir vue. »

Le vicomte Milton et le Dr W. B. Cheadle ont été les premiers touristes d'Angleterre à visiter la région de Cariboo. Dans son journal, le Dr W. B. Cheadle avait inscrit ceci :

« Le bateau à vapeur est arrivé à 2 heures, avec une horde de mineurs dont deux étaient très ivres et continuaient à boire toutes les cinq minutes; ils ont dû prendre 20 verres pendant le temps que nous avons passé dans la salle. Les jurons étaient assez épouvantables. Après un petit bout de temps à bord, le capitaine a réalisé qui nous étions et nous a prêté sa cabine, une petite salle confortable et bien au sec, tout en nous fournissant des cigares et une carafe remplie d'un cocktail, ainsi que des livres et des journaux. Toutes les quelques minutes, quelqu'un venait nous demander de prendre un verre, le capitaine menant le jeu en offrant du champagne à la ronde. Nous avons bu à peu près une douzaine de consommations avant le souper, sans aucune conséquence, car Milton et moi évitions d'en boire de grandes quantités. Le capitaine nous a raconté que le bateau avait été construit sur le fleuve, toutes les poutres ayant été sciées à la main, sa chaudière avait été acheminée en cinq morceaux à dos de mule, tout comme les cylindres en deux morceaux et les tôles à chaudière. Le bateau valait 75 000 $. »

Harrison River racontait :

« La dernière partie du fleuve était très étroite et nous avons heurté les berges très souvent; à un moment donné, un arbre a accroché des boîtes de bacon et les a renversées sur le pont, en écrasant l'une d'elles. »

Un passager voyageant sur un vaisseau durant la ruée vers l'or faisait le commentaire suivant :

« Le bateau n'est pas du tout un hâvre de confort... »

Un passager à bord du Victoria Standard faisait la description suivante :

« Le Hope demandait 25 $ pour le voyage, et il fallait dormir dans ses propres couvertures, cuisiner soi-même, payer 1 $ pour de la bouffe exécrable et, à l'occasion, couper du bois... »

Un mineur écrivait :

« L'un des passagers se faisait remettre une cloche et avait l'ordre de sonner la cloche et de hurler à pleins poumons pour indiquer le départ du bateau; ce qu'il a fait à la perfection, étant un homme robuste avec de bons poumons. Ce travail avait duré une demi-heure et on lui a versé 2,50 $ pour ses efforts. »

George V. Copley a fait un compte rendu sur les rapides de l'Isle-de-Pierre de la rivière Nechako :

« Finalement, nous sommes arrivés au premier obstacle, les rapides de l'Isle-de-Pierre, d'une longueur de un quart de mille et trop forts pour que le bateau à vapeur puisse les traverser. Tout le monde a dû débarquer pour aller attacher bien solidement un câble d'acier de un pouce à une grosse épinette en amont des rapides.

Tout allait bien, mais, alors que le bateau avait traversé la moitié des rapides, tout à coup l'épinette s'est complètement déracinée sans aucun avertissement. Le bateau a fait un tête-à-queue qui l'a mis en travers de la rivière et nous avons commencé à descendre, cahin-caha, par-dessus les rochers. L'eau a envahi le pont inférieur et le foyer à l'intérieur de la chaudière et, quand nous sommes enfin arrivés à la fin des rapides en eaux calmes, le bateau n'avait plus de moyen de propulsion. Mais nous avons eu de la chance, par contre, car lorsque nous avons lancé l'ancre par-dessus bord, nous avons accosté un banc de sable par la proue.

Le chauffeur de chaudière et l'ingénieur ont eu tôt fait d'allumer un feu sous la chaudière et, en moins de deux heures, nous étions à nouveau au pied des rapides, prêts à réessayer, le capitaine toujours aussi imperturbable, comme si toute l'affaire n'était que de la routine. Pour la tentative suivante, nous avons attaché le câble à un arbre plus gros et n'avons eu aucun problème. »

Construction


Construction du bateau à aubes R.C Hammond près de Fort George.

Construction


Construction du Robert C. Hammond près de la rivière Nechako.

Témoignages vécus sur les bateaux à aubes

Eaux agitées

Bateau à aubes naviguant le canyon de Fort George, dans le fleuve Fraser.

Eaux agitées

Le bateau à aubes BC Express dans le canyon de Fort George, dans le fleuve Fraser.

Le bateau à aubes BX ¿ Exercice

Fill in the blanks

  1. De 1863 à 1921, une flotte de                      bateaux à aubes a parcouru le haut Fraser.
  2. Le BX a été mis à l'eau un                      en mai 1910.
  3. On a donné au BX le surnom de                      parce qu'il était luxueux
  4. Le BX pouvait transporter                      passagers.
  5. Le BX a heurté un gros rocher et a coulé en                     .

Le bateau à aubes BX ¿ Corrigé

Fill in the blanks

  1. De 1863 à 1921, une flotte de          12          bateaux à aubes a parcouru le haut Fraser.
  2. Le BX a été mis à l'eau un      vendredi 13     en mai 1910.
  3. On a donné au BX le surnom de   Reine du Nord   parce qu'il était luxueux
  4. Le BX pouvait transporter          119         passagers.
  5. Le BX a heurté un gros rocher et a coulé en         1919        .

Construction d'un bateau à aubes - Exercice

Associe le numéro à sa définition.

                    
Chaudière à vapeur : Située sur le pont principal, à l'avant du bateau. Produit de la vapeur qui fait fonctionner le moteur.
                    
Poupe : Partie arrière du bateau.
                    
Proue : Partie avant du bateau.
                    
Pont des passagers : Au-dessus du pont principal. Comprend des salles où les passagers peuvent s'asseoir et cabines à lits super posés où ils peuvent dormir.
                    
Cabines des officiers : Au-dessus du pont des passagers, cabines où les officiers dormaient et prenaient leurs repas.
                    
Poste de barre : Au-dessus des cabines des officiers. Le capitaine s'y tenait debout pour bien observer l'eau et les obstacles qui pouvaient se présenter.
                    
Roue à aubes : À l'arrière du bateau. Elle tournait pour que les aubes ramassent de l'eau qui était transformée en vapeur alimentant le moteur du bateau.

Construction d'un bateau à aubes - Corrigé

Associe le numéro à sa définition.

Histoire photographique de Prince George
| Du village à la ville | Sur les traces des pionniers |

L'essor de la Nouvelle-Calédonie | Crédits de projet | Contactez nous | Réactions |
©2004 The Exploration Place at the Fraser-Fort George Regional Museum

Ce site est financé en partie par le gouvernement fédéral; votre opinion compte!
Que pensez-vous de ce site?