L'essor de la Nouvelle-Calédonie - L'essor de la Nouvelle-Calédonie - Chronique 1945
L'essor de la Nouvelle-CalédonieAccueilEnglish
Liens de navigationLiens de navigation
« A History of Prince George », par le révérend Runnalls
Journal et correspondance de L.C. Gunn
Cartes de Prince George
Documents de la Northwood
Cartes de Northwood
Bulletins de Direction des forêts (de 1950 à 1958)
Collection forestière de Blake Dickens
Image d'entretoise
Recherche
Aperçu
Avis Importants
Carte du site
Chronique
Plans de leçon
Glossaire
Image d'entretoise
Explorez
CB_BG
MAIN_IMAGE

1945

Le 12 mai, à 16 heures 52, les fondations de la ville sont violemment ébranlées. Les résidents pensent tout d'abord que l'aviation japonaise a décidé d'attaquer, mais ils comprennent vite qu'il s'agit d'un tremblement de terre de très grande magnitude. Les témoins racontent qu'il y a eu " comme un coup de tonnerre sous terre ". Certains d'entre eux ont vu des pans entiers de falaise s'effondrer dans un grand nuage de poussière, et l'eau de la rivière devenir soudain complètement brune. Le paysage se métamorphose sous leurs yeux tandis que des tonnes de terre dévalent la falaise en quelques secondes. En ville, les vitres éclatent et les murs se lézardent. Dans les magasins, les objets volent en tous sens. Aussi étrange que cela puisse paraître, le magasin des alcools ne déplore que la perte d'une douzaine de bouteilles brisées.

Le 9 août, la construction du nouvel aéroport est terminée. Bâti sur un plan triangulaire, il bénéficie maintenant de trois pistes d'atterrissage de 1,5 km chacune. Les principaux utilisateurs sont la Pan American Airways, la ligne de navigation aérienne du Canadien Pacifique, l'Aviation royale canadienne et l'Aviation américaine. Il aura fallu la guerre américano-japonaise pour accélérer à la fois le déménagement de l'aéroport et le rythme des travaux. Cinq jours plus tard, cette guerre est officiellement terminée.

Le mardi 14 août, les citoyens de Prince George fêtent la fin de la Seconde Guerre mondiale en même temps que tous leurs alliés dans le monde. À la cacophonie de klaxons d'automobile et de sirènes d'incendie vient s'ajouter le cri strident et ininterrompu des sifflets restés longtemps muets dans la scierie et la rotonde du C.N. Dans l'après-midi et jusqu'aux petites heures du matin, la foule en délire emplit les rues. Toute la ville participe à une immense fête en plein air. La ville encourage les gens à danser au coin de la 3e Avenue et de la rue George, et des centaines de personnes affluent. D'autres dansent à l'auberge Graham, à la salle CCF, à la Légion canadienne, sans compter les innombrables fêtes privées.

En octobre, le village de McBride qui se plaignait de son service d'incendie reçoit de Vancouver une autopompe équipée de 600 mètres de tuyaux. Le responsable de ce généreux don est le député provincial Harry Perry, qui s'est fait l'interprète du nouveau corps de sapeurs-pompiers de McBride.

À compter du 1er novembre, la nouvelle réglementation sur les heures de travail de la Commission des relations de travail provoque des changements majeurs dans l'industrie du bois. Depuis 1925, la norme était une semaine de six jours à raison de neuf heures de travail par jour, soit 54 heures par semaine. La nouvelle réglementation abaisse la journée de travail à huit heures.

Histoire photographique de Prince George
| Du village à la ville | Sur les traces des pionniers |

L'essor de la Nouvelle-Calédonie | Crédits de projet | Contactez nous | Réactions |
©2004 The Exploration Place at the Fraser-Fort George Regional Museum

Ce site est financé en partie par le gouvernement fédéral; votre opinion compte!
Que pensez-vous de ce site?