L'essor de la Nouvelle-Calédonie - L'essor de la Nouvelle-Calédonie - Chronique 1922
L'essor de la Nouvelle-CalédonieAccueilEnglish
Liens de navigationLiens de navigation
« A History of Prince George », par le révérend Runnalls
Journal et correspondance de L.C. Gunn
Cartes de Prince George
Documents de la Northwood
Cartes de Northwood
Bulletins de Direction des forêts (de 1950 à 1958)
Collection forestière de Blake Dickens
Image d'entretoise
Recherche
Aperçu
Avis Importants
Carte du site
Chronique
Plans de leçon
Glossaire
Image d'entretoise
Explorez
CB_BG
MAIN_IMAGE

1922

La dépression qui frappe la province se poursuit en 1922. Tandis que tous les commerces luttent pour leur survie, les propriétaires des scieries de Prince George organisent un mouvement de protestation contre le gouvernement provincial. Au printemps, ils font pression sur le gouvernement à Victoria car ils considèrent être plus taxés que les propriétaires des autres districts forestiers et lésés par une législation dépassée, mise en vigueur avant le début de leurs activités. Ils allèguent certains frais additionnels qui leur sont propres - tels les coûts de transport et de foresterie plus élevés - qui, combinés aux droits exigés, les empêchent à toute fin pratique de rentabiliser leurs entreprises. L'inégalité est d'autant plus flagrante que les propriétaires de scieries à Prince George sont forcés d'acheter leur matière première du gouvernement plutôt que de louer ou d'acheter les droits de coupe sur des concessions forestières, comme le font les propriétaires de scieries du sud de la Colombie-Britannique.

La situation agricole n'est pas plus rose. Le temps n'a pas été clément et les mauvaises récoltes, pires que les années précédentes, entraînent une pénurie de fourrage. L'absence d'un marché local important nuit aussi à cette industrie. Au départ, l'agriculture devait croître avec la prospérité des exploitations forestières et minières qui devait créer une clientèle solide de consommateurs de produits agricoles.

La fréquence des feux de forêts est un grave problème dans les premières décennies du XXe siècle. Au printemps de 1922, un incendie dû à une opération de brûlage négligente - méthode courante de déboisement nécessitant un permis délivré après examen des vents dominants et de la température - réduit considérablement les réserves de bois de l'industrie forestière. Une fin de semaine, un pionnier soucieux de se débarrasser de déchets de coupe allume délibérément un feu sans permis qui échappe à tout contrôle et dépasse les compétences des équipes de lutte contre l'incendie qui tentent tout la nuit de maîtriser le feu à Otway. Le feu gagne du terrain sur la rive sud de la Nechako et se rapproche de Prince George avant de s'épuiser à la limite du site de l'ancienne scierie de Fort George. La catastrophe détruira l'équivalent de 70 km de billots et de 200 cordes de bois.

Le service quotidien du Grand Tronc Pacifique voit le jour en 1922. L'horaire des trains dicte la livraison du courrier : les lettres et les paquets expédiés à l'est de Prince George arrivent le lundi, le mercredi et le samedi. Quant au courrier provenant de l'ouest, il arrive le mardi, le jeudi et le dimanche. On est encore loin d'un service quotidie.



Histoire photographique de Prince George
| Du village à la ville | Sur les traces des pionniers |

L'essor de la Nouvelle-Calédonie | Crédits de projet | Contactez nous | Réactions |
©2004 The Exploration Place at the Fraser-Fort George Regional Museum

Ce site est financé en partie par le gouvernement fédéral; votre opinion compte!
Que pensez-vous de ce site?