L'essor de la Nouvelle-Calédonie - L'essor de la Nouvelle-Calédonie - Chronique 1921
L'essor de la Nouvelle-CalédonieAccueilEnglish
Liens de navigationLiens de navigation
« A History of Prince George », par le révérend Runnalls
Journal et correspondance de L.C. Gunn
Cartes de Prince George
Documents de la Northwood
Cartes de Northwood
Bulletins de Direction des forêts (de 1950 à 1958)
Collection forestière de Blake Dickens
Image d'entretoise
Recherche
Aperçu
Avis Importants
Carte du site
Chronique
Plans de leçon
Glossaire
Image d'entretoise
Explorez
CB_BG
MAIN_IMAGE

1921

La Colombie-Britannique subit une période de dépression économique.

Même avant que Prince George ne soit constituée en municipalité, en 1915, l'emplacement de la gare faisait déjà couler beaucoup d'encre. L'un des principaux protagonistes dans cette affaire est l'entrepreneur George Hammond, qui estime que les voies ferrées du Grand Tronc Pacifique et du Pacific Great Eastern devraient converger à Prince George pour que d'autres lignes viennent plus tard relier la ville au reste de la province. Les commissaires, quant à eux, souhaitent que la gare soit située à l'est de la ville. Hammond mène une rude bataille pour renverser leur décision, investissant 10 ans de sa vie et sans doute 500 000 $ pour rapprocher la gare de Central Fort George. Mettant fin à la dispute, la Commission des chemins de fer ordonne de placer la gare à l'ouest de la rue George, entre les rues Quebec et Dominion. À l'automne 1921 débutent les travaux de construction d'une jolie gare de brique qui coûtera 40 000 $.

Au printemps arrive un représentant du gouvernement chargé d'expliquer la nouvelle Loi sur les boissons alcoolisées adoptée par le gouvernement libéral de John Oliver, à Victoria. Depuis le rejet de la prohibition par plébiscite, le 20 octobre 1920, le gouvernement canadien joue soudain un rôle actif dans le marché des alcools. Le représentant annonce à la population l'intention du fédéral de trouver un agent local, d'embaucher du personnel et d'ouvrir des entrepôts et une succursale à Prince George. Exploités sous monopole à l'échelle de la province, ces magasins extrêmement rentables seront baptisés " les drugstores de John Oliver ".

Le premier catalogue de commandes postales à Prince George, celui du magasin Eaton, connaît un succès tel qu'il est surnommé la " bible du homesteader ". Les citoyens de Prince George deviennent des clients assidus, ce qui ne va sans susciter une controverse sur la loyauté des consommateurs envers les marchands locaux : est-il juste que les commerçants locaux perdent des ventes au profit des commandes postales ? Le rédacteur du Citizen prend position en 1921 et dénonce les effets néfastes des commandes postales ainsi que l'influence négative sur l'économie locale. Lui-même refuse une commande totalisant 2500 cm de publicité pour annoncer la parution du prochain catalogue. Sa prise de position sert néanmoins ses intérêts dans la mesure où il dépend davantage des annonceurs locaux que du magasin Eaton.



Histoire photographique de Prince George
| Du village à la ville | Sur les traces des pionniers |

L'essor de la Nouvelle-Calédonie | Crédits de projet | Contactez nous | Réactions |
©2004 The Exploration Place at the Fraser-Fort George Regional Museum

Ce site est financé en partie par le gouvernement fédéral; votre opinion compte!
Que pensez-vous de ce site?